Le Laos se lance dans les séjours écotouristiques

Dans un campement de tribu de colline dans la forêt du nord du Laos, un vieil homme assis sur le sol à tresser un panier, tandis qu’un autre villageois met son linge à sécher.

C’est une scène de la vie quotidienne des communautés Akha vivant dans la région protégée de Nam Ha, où les éléphants, gibbons et des léopards rôdent parmi les bambous géants à proximité des villages perchés sur les rives d’un affluent du Mékong.

Le parc national de 220 000 hectares, est à la pointe des efforts déployés par les pays sans littoral, pays le plus pauvre afin de devenir une destination de premier plan éco-tourisme – un effort qui semble porter ses fruits.

Attirés par la beauté sauvage et les richesses culturelles des minorités ethniques nombreuses, près de 250.000 touristes ont visité le nord-ouest de la province de Luang Namtha en 2010, contre 20.000 en 1999, selon l’administration du tourisme du Laos.

«Par rapport à la Thaïlande, il est certainement beaucoup plus authentique, mieux gérée et le fait que nous étions un petit groupe, seulement quatre personnes, c’est une expérience beaucoup plus réelle», a déclaré 28-ans touriste britannique Joe Park.

« Nous peut-être laisser moins d’une empreinte de pas et pas trop de notre propre culture dans la région, donc je pense qu’il a été fantastique », a t-il dit lors d’un trek dans le parc.

Alors que certains villageois ethniques, tels que le Lanten, portent encore leurs habits traditionnels indigo, ils ne font aucun effort particulier pour habiller pour les touristes et vaquent à leurs occupations normales, autant que possible quand ils viennent.

Il est le fruit d’années de planification par la nation communiste d’attirer plus de visiteurs étrangers, tout en préservant son patrimoine culturel.

Après l’ouverture aux visiteurs étrangers dans les années 1990, le Laos « constatent rapidement que d’être un pays au milieu de la région du Mékong, avec de nombreux visiteurs vont aux pays environnants, que ce serait une bonne occasion de développer l’économie et créer des emplois locaux », a déclaré Steven Schipani, qui était impliqué dans le projet de Nam Ha écotourisme en tant que conseiller des Nations Unies.

« Mais ils étaient également conscients que le tourisme, s’il n’est pas correctement gérée, peut causer beaucoup d’effets négatifs», a ajouté l’Américain, qui est maintenant responsable du programme de la Banque asiatique de développement du Sud-Est du tourisme en Asie.

Les autorités laotiennes, qui ont créé 20 parcs nationaux couvrant 14 pour cent du pays, a tenté de gérer l’explosion du tourisme afin d’éviter les files d’attente des entraîneurs ou des lignes d’hôtels en béton.

« Laos deviendra une destination de renommée mondiale spécialisée dans les formes de tourisme durable qui, à travers le partenariat et la coopération, la conservation des avantages patrimoine naturel et culturel et développement local socio-économique, et de diffuser les connaissances du Laos » patrimoine culturel unique au monde « , proclame le site géré par l’État www.ecotourismlaos.com.

Le parc national Ha Nam, grâce à un partenariat avec l’UNESCO datant de 1999, a servi de modèle de développement de l’écotourisme visant à bénéficier les communautés locales.

«Avant, les routards seulement, qui souvent ne louer une moto et se déplacer en voiture sans s’arrêter dans les villages, est venu à Namtha», a déclaré Adrian Schuhbeck, un expert en développement avec une agence allemande adossés à Luang Namtha.

« Mais les choses changent populaire avec plus d’argent venir, ce qui est bon pour les communautés -.. Ils obtiennent plus de retour »

Merci au projet de Nam Ha, plusieurs dizaines de villages ont signé des accords avec les agences de trekking de fournir des guides, entretenir les chemins, partager leur cuisine traditionnelle et offre un toit pour la nuit, pas plus de deux fois par semaine.

Pour accueillir huit touristes – le maximum autorisé dans un seul groupe – sur un trek de deux jours, un village reçoit environ $ 135, ou plus d’un tiers du prix du billet, a déclaré Chittaphong Chanthakhoune, un agent de voyages local.

Des centaines de projets similaires sont mis en place ailleurs dans le pays peu peuplé, un des plus pauvres dans le monde.

Même s’il n’est pas la réponse aux problèmes de tous les villages », le Laos a au moins évité les écueils vu par ses voisins, où les voyagistes apporter des hordes de touristes dans les villages sans consulter la population locale.

Les signes sur les murs des agences de trekking locales donner des conseils aux étrangers: enlever vos chaussures avant d’entrer dans une maison, le respect des sites de culte et de ne pas prendre de photos sans demander la permission du sujet.

Les villageois pour leur part ont été renseignés sur les besoins de leurs visiteurs et les moyens d’améliorer l’hygiène.

Bien qu’il attire les aventuriers avides de ses vallées encaissées et les villages perdus au milieu de la forêt, le Laos a également équipé son capital Vientiane et l’ancienne ville de Luang Prabang avec une infrastructure touristique solide, capable d’accueillir un nombre croissant de visiteurs.

Les arrivées de touristes dans le pays communiste ont augmenté d’à peine 5.000 en 1991 à plus de deux millions en 2009, selon les chiffres officiels.

Mais l’essor de l’éco-tourisme « ne sera durable que si les deux parties comprennent ce qui est important pour l’autre », a déclaré Schuhbeck.

Source : AFP

You can leave a response, or trackback from your own site.


Commenter